La Capsule #51 – Les USA nous libèrent de l’état profond

Dans l’actualité récente, en France, on a vu la proposition de vaccination en anneau, dont on a déjà parlé, et il y a quelques jours, l’Académie de Médecine a dit que la vaccination devrait être obligatoire en France, y compris pour les enfants et les adolescents. Son argument étant qu’il y a trop d’opposants au vaccin en France pour qu’on laisse aux gens le choix de se vacciner ou non. Et surtout, toujours d‘après l’Académie de Médecine, seule une immunité collective acquise par la vaccination forcée pourrait nous sauver du virus.

Enfin, toujours en France, on a appris qu’à partir du 9 juin, les restaurants, bars et salles de sport auraient l’obligation de tenir un carnet de rappel, comme l’été dernier, soit une liste de leurs clients qui permet, si l’un d’eux est déclaré malade, de prévenir les autres clients présents en même temps que lui.

Pourtant Macron nous avait expliqué que le pass sanitaire ne concernerait pas les lieux du quotidien. Alors certes, le carnet de rappel, ce n’est pas le pass sanitaire, il n’empêche que pour pouvoir aller dans un bar, restaurant ou salle de sport, vous aurez tout de même l’obligation de vous signaler, notamment avec l’appli Tous Anti-Covid : vous scannerez le QRcode à l’entrée du restaurant et si vous croisez des malades, on vous enverra des alertes et des incitations à vous isoler et à vous vacciner.

Bref, vous l’aurez compris, même s’il prétend rouvrir le pays et revenir à la vie d’avant, le gouvernement pousse en réalité toujours plus en avant la vaccination, le pass sanitaire, et les QRcode.

Ainsi, quand on vit en France, on a du mal à se réjouir de la situation actuelle. Pourtant, pour peu qu’on regarde un peu en dehors de nos frontières, on peut trouver des raisons de relativiser la situation et même d’espérer une fin à toute cette crise, peut-être même une fin proche.

Pour ça, il faut surtout regarder du côté des États-Unis. Les États-Unis, on les mentionne souvent, notamment pour parler des états qui ont rouvert leur économie, annulé les restrictions sanitaires, le tout en voyant leurs nombres de cas et de morts diminuer. Mais aujourd’hui, on va essayer de faire un point plus complet sur la situation.

Déjà, même s’il est difficile d’avoir des données claires puisque la situation change en permanence, on a aujourd’hui quasiment un état sur deux aux États-Unis qui tend vers le retour à la vie normale, que ce soit par la réouverture économique, l’annulation du masque obligatoire, mais aussi et surtout par l’interdiction du pass sanitaire ou de toute forme d’obligation vaccinale. Les états concernés sont majoritairement républicains et on observe clairement chez eux non seulement une dynamique de retour à la normale mais aussi une volonté d’empêcher toute forme de répression sanitaire. C’est pour ça que dans beaucoup de ces états républicains, les gouverneurs ne se sont pas contentés de dire comme en France que le pass sanitaire ne serait pas obligatoire – parce que ça n’aurait aucune valeur juridique – mais qu’ils ont au contraire voté des lois pour rendre ce pass sanitaire illégal, et pour que toute personne qui vous demande une preuve de vaccination, même pour rentrer dans un petit commerce, reçoive immédiatement une amende. En clair, dans ces états américains, il y a une volonté claire de combattre durement tout forme de restriction sanitaire.

Par ailleurs, on dit que ça concerne principalement tel ou tel état, majoritairement républicain, mais au niveau fédéral, c’est- à-dire à l’échelle du pays entier, il y a également des nouvelles plus qu’encourageantes. On avait déjà mentionné il y a quelques semaines la Maison Blblanche, et donc l’administration Biden, qui expliquait qu’au nom du respect des libertés individuelles, il n’y aurait pas de pass sanitaire à l’échelle du pays. Vous avez aussi le CDC, le Center of Desease Control, qui affirme que les vaccinés ne devraient pas avoir à porter de masque. Or techniquement, si les vaccinés n’ont pas à porter le masque, et que vous n’avez pas à prouver que vous êtes vaccinés, cela signifie que dans les états concernés, tout le monde peut enlever le masque sans risque d’amende, vaccinés et non-vaccinés.

Le point à retenir, c’est qu’au niveau des états républicains et au niveau fédéral, il y a des déclarations et des lois qui vont toutes dans la même direction, la direction du retour à la normale, de l’interdiction des mesures sanitaires abusives, de l’interdiction de la surveillance numérique de masse, et du libre-choix accordé à chacun sur la vaccination ou les masques, sans aucune coercition. Pour ces raisons, on peut dire que les États-Unis sont sur une très bonne voie, quand bien même ce mouvement de libération s’impose plus difficilement dans les états démocrates. Mais ce n’est probablement pas un problème non plus, car si les états républicains retrouvent leur pleine liberté, les états démocrates de leur côté auront du mal à maintenir des restrictions liberticides bien longtemps, et si les dirigeants démocrates s’obstinent, ça pourrait leur coûter très cher dans leurs futures élections, locales ou générales.

En somme, aux États-Unis, tout va bien. Mais il y a encore d’autres informations à prendre en compte : non seulement la liberté revient, mais le narratif est aussi entrain d’être bouleversé, aux États-Unis. Comme on l’a déjà dit, la théorie selon laquelle le virus est originaire du laboratoire de Wuhan devient maintenant clairement la théorie la plus solide et les médias n’ont plus d’autre choix que de la prendre au sérieux, y compris en France. Des scientifiques américains ont fait une demande commune pour qu’une enquête transparente soit menée à Wuhan, une enquête libre et non bâclée comme celle menée par l’OMS, dans laquelle c’est la Chine qui décidait de ce qu’elle montrait ou pas. Et dernière nouvelle, toute récente : Joe Biden demande lui-même une enquête sur l’origine du virus. Il dit, à la suite des scientifiques américains, que rien n’innocente le laboratoire de Wuhan dans cette histoire, et qu’il faut donc une enquête complète, transparente, et internationale.

En clair, tout comme Trump, Biden se retrouve à pointer le laboratoire de Wuhan du doigt. Mais comme cette fois-ci, ça ne vient plus de Trump, mais bien de Joe Biden, les médias mainstream ne peuvent plus crier au complotisme, et ne peuvent donc plus empêcher la vérité de faire surface.

Comme vous le voyez, le narratif du covid est bousculé aux États-Unis, et au même moment, qu’est-ce qu’on constate ? On constate que ça se bouscule aussi chez des personnalités comme Bill Gates ou Anthony Fauci, c’est-à-dire les partisans de la vaccination pour tous, des mesures sanitaires et de la répression en général. Bill Gates a divorcé, puis on a appris que son divorce était lié à ses relations avec Feffrey Epstein, ça a fait le tour des journaux jusqu’en France. Anthony Fauci de son côté, a été accusé d’avoir financé illégalement des recherches sur les coronavirus de Wuhan, il est donc clairement soupçonné d’être à l’origine du covid-19. Il a dû lui-même reconnaître que le virus venait peut-être bien du laboratoire de Wuhan, résultat, le sénateur républicain Rand Paul demande maintenant à ce qu’il soit auditionné sous serment sur ses activités à Wuhan, ce qui ne manquera pas d’entacher un peu plus son image.
Ce qui est intéressant, c’est la manière dont Fauci et Bill Gates, qui étaient présentés il y a quelques mois encore comme les sauveurs du monde, les voix de la raison, et donc comme des conseillers indispensables en ces temps de pandémie, sont désormais progressivement présentés dans les médias, et pas uniquement dans les médias complotistes, comme des personnes douteuses et donc indignes de confiance.

Pour résumer, vous avez des états qui se libèrent des restrictions, les véritables origines du virus qui refont surface, les anciens héros de la vaccination qui deviennent des ordures, vous avez aux États-Unis, comme en France d’ailleurs, tous les jours des statistiques et des témoignages qui présentent les effets secondaires des vaccins et leur dangerosité. Vous avez évidemment les statistiques qui démontrent que les mesures sanitaires sont inutiles pour revenir à la vie normale. Bref, vous avez un retournement de situation complet aux États-Unis sur le plan politique, sanitaire, et surtout médiatique, puisque les médias peuvent de moins en moins cacher l’information et que la prise de conscience des populations va donc être de plus en plus importante.

Et étrangement, on a eu quelque chose de similaire en Israël. Israël, parmi les premiers pays vaccinés, premier pays avoir imposé le pass sanitaire, pays qui avait quasiment officialisé la vaccination perpétuelle puisqu’on parlait de vacciner la population tous les six mois. On apprend maintenant que finalement, en israël, l’état d’urgence s’apprête a être levé, et qu’on supprime par la même occasion le pass sanitaire et les restrictions dans les commerces, peut-être même bientôt le port du masque obligatoire.

En apprenant ça, on se demande ce que ça cache, et puis après tout, le gouvernement israélien s’autorise à remetttre ces mesures sanitaires en place si le virus repart à la hausse, mais le fait est que pour le moment en Israël, les mesures les plus liberticides sont supprimées, et que comme on l’a déjà dit, il faudra un très bon prétexte pour remettre en place de A à Z un système comme le pass sanitaire, qui a été très mal vécu par une bonne partie de la population israélienne, et qui en plus est loin d’avoir fait ses preuves. Le cas Israélien reste à surveiller, mais on est en tout cas dans un retournement de situation inattendu dans lequel les mesures qui devaient durer longtemps ont été toutes retirées d’un coup, à la surprise générale. Ce doit être une bonne nouvelle parce qu’aucun média français n’en a parlé.

On revient à la France, justement. Vous vous demanderez peut-être en quoi c’est si bon pour nous, toutes ces nouvelles de l’étranger ?

Eh bien c’est bon pour nous parce qu’à mesure que le temps passe, le fossé se creuse de plus en plus entre nos restrictions, ici en France, et la liberté dans le reste du monde. La France, ou plutôt l’Union Européenne, soyons honnête, est la seule à durcir les règles sanitaires avec l’imposition du pass sanitaire et la volonté de vacciner tout le monde. Ce qui tend à montrer qu’il n’y a plus que l’Union Européenne qui fait pression pour une dictature numérique, pendant que le reste du monde revient une fois pour toute à la vie normale.

Alors non seulement, la libération des pays étrangers rend le narratif de la peur intenable en France, mais surtout, il sera surement très intéressant de voir comment l’épidémie va évoluer avec le temps. Parce qu’en France, par exemple, on nous annonce déjà la 4e vague ; et le gouvernement compte très probablement sur cette 4e vague pour remettre en place les mesures sanitaires abrogées cet été, ou bien pour justifier une vaccination obligatoire, un pass sanitaire partout, etc…
L’ennui pour le gouvernement, c’est que si on nous invente une 4e vague en France, à coup de tests PCR truqués, mais qu’aux États-Unis, en Israël ou ailleurs, il n’y a aucune flambée de cas, cela à nouveau poser énormément de problèmes au narratif du gouvernement français.

Parce que les États-Unis ou Israël, quitte à annuler toutes leurs mesures liberticides, pourraient aussi revoir l’utilisation abusive du test PCR avec ces 90 % de faux positifs, ils pourraient également revoir les certificats de décès, histoire de séparer une fois pour toutes les morts du covid et les morts avec le covid. Ainsi, il pourrait y avoir plus de transparence dans la gestion des malades, qui aboutirait dans ces pays à une très forte diminution des cas et des décès. Alors si l’Europe est le seul endroit ou une 4e vague à lieu, le narratif sera encore plus fragilisé.

Tout ça pour dire qu’en ce moment, si on regarde au-delà des frontières françaises, il y a de véritables raisons d’espérer. Les pays se libèrent, partout les mesures liberticides sont supprimées – et non remplacées comme ici en France ou l’on supprime le couvre-feu pour le remplacer par le Qrcode – , le narratif du virus et ses origines sont progressivement mis en lumière, les gourous de la vaccination sont de plus en plus exposés eux aussi, et même en France, on croit voir les médias mainstream de plus en plus prompt à critiquer l’action gouvernementale.

En somme , il y a du mouvement en ce moment, et pour peu que vous fassiez abstraction du gouvernement français et de ses obstinations liberticides – qu’il propose beaucoup mais qu’il applique peu – vous verrez que la dynamique mondiale, elle, va assez distinctement dans le sens de la libération et de la vérité sur toute cette pandémie. Faites donc la différence entre les objectifs de notre gouvernement et la réalité des faits, parce que le décalage se creuse de plus en plus entre les deux, et que si cela se poursuit ainsi, c’est clairement le gouvernement français qui devra céder, et pas le reste du monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *